Devenir Contrôleur Aérien

Le métier de contrôleur aérien

Le cœur du métier

Au sol, au décollage, en croisière et à l’atterrissage, la mission principale des contrôleurs aériens est d’assurer, en temps réel, la sécurité des avions.

Pour assurer la sécurité et la fluidité de près de 11000 vols quotidiens en période estivale au-dessus du territoire français, les contrôleurs donnent des instructions et des autorisations aux équipages.

Un métier d’action

Il arrive toujours quelque chose d’imprévu ou de nouveau dans l’aviation : il n’y a pas de place pour la routine. Le contrôleur aérien prend ses décisions en temps réel pour s’adapter à chaque situation.

Acteur indispensable, il participe au bon déroulement d’un ballet aérien incroyablement vaste. Ce challenge quotidien, dans le monde d’excellence qu’est l’aéronautique, est des plus gratifiant.

Une qualité de vie préservée

Le contrôleur aérien ne ramène pas de travail à la maison et profite pleinement de son temps libre. Peu de métiers avec ce niveau de rémunération (salaire moyen de 5000€ brut en début de carrière) offrent cette possibilité.

Un métier au féminin

Un tiers des contrôleurs aériens sont des femmes : elles ont strictement le même salaire et les mêmes carrières que leurs collègues masculins !

ICNA, une formation d’excellence

Au cœur de Toulouse, au sein de l’École Nationale de l’Aviation Civile, les futurs contrôleurs aériens démarrent une formation (MCTA) rémunérée, diversifiée et appliquée au monde de l’aéronautique. À l’issue, ils intègrent le statut d’Ingénieur du Contrôle de la Navigation Aérienne (ICNA) de la fonction publique d’État.

Après un stage délivrant une licence de pilote privé lors du cursus, les contrôleurs aériens bénéficient tout au long de leur carrière d’un entraînement aérien régulier leur permettant de maintenir ce brevet de pilote.

Le travail en équipe

Tout au long de leur parcours, les vols sont pris en charge par différents contrôleurs qui doivent se coordonner. Il y a ainsi des échanges réguliers entre les différents maillons de la chaîne de contrôle. C’est un vrai travail d’équipe basé sur la confiance.

Partager des moments professionnels intenses crée un vécu commun et forge une cohésion entre les contrôleurs. Ces rapports humains forts se prolongent souvent en dehors du travail et favorisent les moments de convivialité.

Piloter sa carrière

En métropole comme en Outre-mer, les opportunités sont nombreuses pour évoluer, progresser et s’impliquer dans de nouvelles fonctions. Le travail d’expertise, la gestion de projet ou le management sont autant de perspectives d’épanouissement supplémentaires.

Paroles de contrôleurs

Professionnellement, même en étant jeune, on peut assez facilement progresser et acquérir de nouvelles compétences ou responsabilités : formateur, examinateur, expert, chef de tour… on a le choix !

Sofiane

Roissy - Charles De Gaulle

Après quelques années en métropole, j’ai eu envie d’une expérience en Outre-mer. J’ai pu partir à 30 ans en Guadeloupe.

Sébastien

Pointe-à-Pitre

Chez les contrôleurs aériens il y a environ un tiers de femmes et une parfaite égalité que ce soit dans les rémunérations, le déroulement de carrière ou l’accès aux postes d’expertise ou de management.

Bénédicte

Centre en route - Reims

Pendant ma prépa, je me suis aperçue que les métiers classiques de l’ingénieur (responsable production, développement, maintenance…) ne me convenaient pas vraiment. J’étais à la recherche de quelque chose de plus diversifié et en lien avec l’aviation, qui est une de mes passions.

Camille

Pontoise

Ce que j’aime c’est qu’avec ce métier, qui est passionnant, on peut vraiment concilier vie professionnelle et vie privée. J’ai du temps pour assouvir mes autres passions et m’impliquer dans la vie associative de ma région. Avoir un travail épanouissant c’est bien, mais il n’y a pas que le boulot dans la vie !

Énora

Centre en route - Brest

Les centres de contrôle

Les contrôleurs aériens sont principalement amenés à travailler :

  • dans l’une des trente-sept tours de contrôle situées en France métropolitaine et en Outre-mer,
  • dans l’un des cinq centres de contrôle en route couvrant tout le territoire et assurant la sécurité des vols lors de leurs phases de croisière.

En fonction de leurs choix de carrière, ils peuvent aussi travailler à l’École Nationale de l’Aviation Civile, à la Direction Technique de l’Innovation, au siège de la Direction Générale de l’Aviation Civile.

Prêts à relever le défi ?